Lutte intégrée VS Lutte chimique

Lutte contre les ravageurs dans la production du poivron quelle rentabilité ?

La production agricole utilisant des méthodes alternatives a toujours été en désavantage économique par rapport aux méthodes conventionnelles.

Produire des fruits, légumes avec moins de pesticides est un challenge, les solutions pour certains ravageurs ne sont pas toujours économiquement viables, la lutte basée sur les produits phytosanitaires à un avantage certains car leur efficacité est souvent linéaire à un coût fixe (en oubliant le coût des effets indirects sur l’environnement).

Mais une étude récemment menée par l'équipe de bio-économie de l'Institut Murcien de recherche et de développement agricole et alimentaire (IMIDA) confirme que la lutte intégrée appliqué dans la culture de poivron du sud-est de la péninsule espagnole, basé sur l'utilisation d'ennemis naturels avec des produits compatibles avec ces mêmes insectes est le système de protection phytosanitaire le plus rentable et le plus viable. Ce travail évalue les effets économiques que la mise en œuvre de la lutte intégrée a eu dans les fermes de poivrons de serre sur plusieurs années, par rapport à la culture conventionnelle précédente basée sur la lutte conventionnelle chimique.

La lutte intégrée est le système dont le coût est le plus bas (4 260 € par hectare), suivi de la lutte chimique qui était pratiqué à 4935 € / ha et, le plus cher est le système de contrôle biologique pure (6215 € / ha).

Ce travail est basé sur les informations fournies par l'équipe technique de la coopérative agricole Surinver, située à Pilar de la Horadada (Alicante).

Selon ces données, la marge nette (bénéfice net divisé par le chiffre d'affaires) indique qu'à l'heure actuelle, l'application du contrôle chimique serait économiquement irréalisable (-6 817 € / ha).

Ceci explique l'évolution accélérée vers des systèmes de contrôle biologique qui se produit en plus de l’efficacité certaine, de leurs facilités d’utilisation et de l’amélioration de la qualité de vie des opérateurs. Et les consommateurs eux aussi s’y retrouvent.

Source -Etudes- Article Phytoma

Product added to wishlist