Les Pucerons

Il existe de nombreuses espèces de ces insectes suceurs de sève et peu de plantes semblent à l'abri des attaques. Les pucerons varient en couleur du vert au jaune, rose, noir, blanc grisâtre ou brun. Il y a généralement 2 à 5 mm de long, mais cela peut varier en fonction de la plante hôte dont les pucerons se nourrissent. Les pucerons juvéniles (nymphes) perdent plusieurs fois leur peau externe à mesure qu'ils grossissent, et ces peaux translucides ou blanchâtres s'accumulent sur la face supérieure des feuilles au fur et à mesure qu'elles tombent, tandis que les insectes se trouvent généralement se nourrissant sur la face inférieure. Certains pucerons se nourrissent de plantes spécifiques et sont étroitement associés à certains plaies dans le cadre de leur cycle de vie - le puceron du pois (Acyrthosiphon pisum), par exemple, se nourrit et passe l'hiver sur les pois et leurs proches.

D'autres, comme les pucerons de la racine de rose (Maculolachnus submaculata), ne se nourrissent que de parties spécifiques d'une plante.
En général, les plantes atteintes présentent une croissance réduite et des degrés variables de feuilles et de pousses déformées ou rabougries, en particulier les pointes tendres des pousses, que les parties buccales des pucerons peuvent pénétrer plus facilement.

La surface supérieure de la feuille peut devenir collante avec du miellat excrété par les pucerons, et une moisissure noire de suie poussera souvent sur ces dépôts collants. Une plus grande menace pour la santé des plantes est la propagation possible de la maladie virale sur les pièces buccales des insectes lorsqu'ils se déplacent d'une plante à l'autre pendant qu'ils se nourrissent.

Ils sont capables de se reproduire à un rythme phénoménal, surtout s'ils ont un approvisionnement alimentaire suffisant, les fourmis les élèvent et les protègent pour récupérer le miellat excrété rendant les pucerons un des ravageurs les plus souvent rencontrés.

Contre ce fléau, deux options existent:

  • les prédateurs avec en tête les Coccinelles, Chrysopes, Cécidomies, etc…
  • Les parasitoïdes avec les Aphidius, Aphelinus, etc.…

L’utilisation des parasitoïdes demandes d’identifier l’espèce de puceron car ils sont spécifiques sur leurs besoins. Pour les prédateurs comme un Lion, peu importe le menu pourvu qu’ils y en aient assez pour leurs petits.

Le contrôle des fourmis si présentes est indispensable car elles protègeront leurs élevages.

Product added to wishlist

Notre site utilise des Cookies. En poursuivant la navigation sur notre site, vous les acceptez. 

Découvrez notre politique de Gestion des données personnelles et Gestion des Cookies