Le sucre, cet aliment autrefois symbole de puissance est devenu avec son incessante consommation un peu encombrante maintenant. Un poison sucré pas seulement pour notre taille de pantalon mais aussi pour nos amis bourdons.

En effet, les colonies de bourdons commercialement élever pour la pollinisation des cultures contiennent des réserves de solutions, on parle de réserves à nectar mais sa composition est fructose, glucose et saccharose additionnés de sorbate de potassium et d'acide citrique.

Des formes de sucre avec des conservateurs.

La théorie veut que si une colonie à du « nectar » à disposition, les butineuses préfèreront collecter du pollen qui est très important pour les agriculteurs. Dans la nature, le nectar est l’attractant principale pour les pollinisateurs de venir butiner une fleur.

Une étude mené en 2019 par le NIAB a montré que diluer leurs réserves peut augmenter le nombre de butineuses, ce qui pourrait par la suite améliorer les services de pollinisation fournis à une culture.

Les colonies avec des réservoirs dilués avaient plus de bourdons entrant et sortant que les colonies sans accès au réservoir ou avec des réservoirs non-dilués.

Les bourdons sont plus actifs.

Les résultats suggèrent que la dilution des réservoirs de nectar des colonies de bourdons pourrait être une stratégie pour augmenter la pollinisation.

Tout cela bien sur doit être vérifier mais cela semble logique, réservoir plus concentré, les bourdons sont moins actifs car ils trouvent leur énergie.

Alors arrêtons de chouchouter trop nos bourdons.

Source:https://www.pollinationecology.org/index.php/jpe/article/view/504

Produit ajouté à la liste