La malédiction des Habsbourg chez les variétés de pommes modernes !

Pour ceux qui l’ignorent les Habsbourg avait un problème, ils se mariaient entre eux pour garder le trône ce qui au fil des générations passantes créa des difformités, maladies génétiques jusqu’à ce que Charles II soit physiquement incapable de se reproduire, éteignant cette dynastie.

Mais alors, pourquoi ce cours d’histoire et sa relation avec les variétés commerciales modernes de pommes.

Dans un article récemment publié dans le journal Nature, les auteurs d’une étude, « Conséquences génomiques de l'amélioration des pommes », décrivent les résultats du séquençage des gènes de 1949 pommes et de l'analyse de 1 005 pommes domestiques de la collection de matériel génétique de pomme des États-Unis.

Dans l'ensemble, « les Américains mangent des pommes en grande partie d'un seul arbre généalogique » par rapport aux avantages potentiels de « l’extraordinaire diversité génétique naturelle » du fruit.

Les cultivars qui réussissent sont par définition les plus plantés, et c’est logique pour un sélectionneur d’investir du temps et de l’argent à partir de cultivars « éprouvés.

Et donc la boucle est bouclée et on se retrouve avec des cultivars et leurs mutations ayant des caractères communs, trop communs.

La susceptibilité des variétés aux pathogènes tels que le chancre européen, la tavelure mais aussi les ravageurs tels que le puceron lanigère sont lié à leurs parentages, entraînant une utilisation des pesticides de plus en plus importante. Réduire leurs utilisations est une vue à court terme, il ne résout pas le problème sur le long terme.

L’utilisation déséquilibrée de ces « cultivars d’élite » par les arboriculteurs laisse l'industrie de la pomme vulnérable à l'évolution des ravageurs et des agents pathogènes et au changement climatique. Ils appauvrissent la diversité génétique des pommes comme l’ont fait les Habsbourg.

La diversité est la clé de tous cela.

SOURCE: https://www.nature.com/articles/s41438-020-00441-7

Produit ajouté à la liste