Tarsonèmes et Ériophyes

Lutte biologique contre les Tarsonèmes et Ériophyes | INSECTES UTILES

Noms communs : Tarsonème, Acariose, Érinose, Phytopte, Ériophye

Noms scientifiques : Phytonemus spp., Eriophyes spp., Acalitus spp., Rhizoglypus spp., Aculops spp., Vasates spp., Cecidophyopsis spp., Tegonotus spp., Aculus spp., etc…

Plantes affectées : Fruitiers, plantes potagères et ornementales (bulbes à fleurs aussi)

Symptômes : Toutes les parties de la plante peuvent être affectées. Les acariens tarsonémidés provoquent le plissement, le bronzage et la déformation des feuilles. Les plantes affectées peuvent être assommées. Les acariens ériophyidés provoquent la formation de galles sur les feuilles, le feutrage, l'enroulement et la formation de cloques sur les feuilles.

Activité : Toute l’année

Cycle : 3 à 10 générations par an suivant les espèces

Contrôle : Amblyseius andersoni, Amblyseius cucumerisAmblyseius swirskii et Stratiolaelaps scimitus pour les plantes à bulbes

Dose : jusqu’à 500 par m², parfois des associations d’agents biologiques sont nécessaires

En plus des tétranyques, il existe d'autres types d’acariens qui peuvent causer des nuisances plus esthétiques comme sur le tilleul mais certains peuvent réduire la production comme sur la fraise, la vigne ou la tomate.

Deux types existent :

Les Tarsonèmes

Les Tarsonèmes

Les Ériophyes

Les Ériophyes

Tous sont très petits, moins de 0,25 mm parfois. En conséquence, il est très difficile d'établir que les dommages sont causés par ces acariens et surtout quelles espèces sont concernées.

Voici les espèces les plus observés :

  • Les tarsonèmes des Serres (Polyphagotarsonemus latus)
  • Les tarsonèmes commun/du Fraisier (Phytonemus pallidus)
  • L’acariose bronzée (Aculops lycopersici)
  • Le phytopte du Poirier (Eriophyes pyri)
  • L'acarien des bulbes (Rhizoglypus robini)
  • L’acarien de l'érinose de la Vigne (Colomerus vitis)
  • L’ériophyide des Mûres (Acalitus essigi)
  • Le phytopte du Tilleul (Eriophyes tiliae)
  • Le phytopte du Cassissier (Cecidophyopsis ribis)
  • L’ériophyide du pommier (Aculus schlechtendali)
  • Le phytopte du fuchsia (Aculops fuchsiae) qui a une réglementation de lutte obligatoire
  • Etc…
En savoir plus sur les Tarsonèmes et Ériophyes

Les plus courants sont les érinoses sur vigne et vergers mais les fraisiers et les plantes ornementales sont aussi impactées comme les bulbes à fleurs, les tilleuls sont souvent affectés (sans danger pour eux).

Les dégâts sont variés : feuilles, fleurs, fruits et mêmes les racines mais généralement ce sont les jeunes pousses affectées sous la forme de feuilles et de galles déformées fréquemment colorées. Les attaques sont souvent observées en foyer.

Le temps chaud et sec encourage les populations à augmenter rapidement sur les plantes hôtes à l'extérieur et sous protection. Les parasites ont tendance à se rassembler dans les pointes de croissance, où l'humidité est élevée.

L'acarien du bulbe lui s'enfouit dans le bulbe en août et septembre et dépend également des conditions chaudes. Ces types d’acariens se propagent par le vent, les vêtements, d'autres insectes, la fourrure des animaux et le matériel de propagation des plantes.

Les femelles sont les formes hivernantes et passent les périodes froides dans la plante, comme les écailles de bourgeons ou écorces hors d’atteinte. Dès que les températures remontent ; elles sortent de leur cachette et commence à pondre.

Ces acariens se déplacent lentement. Les œufs sont pondus à la surface des feuilles ou des fleurs. Sur certaines espèces, ce sont les mâles qui portent en phase de repos des nymphes femelles sur le dos à l'aide d'un pair ou de pinces anales

Méthodes de contrôle

Lutte physique

Enlevez et détruisez les parties infestées (ou plantes comme pour le phytopte du fuchsia).
Évitez les atmosphères sèches et bassinez en périodes critiques.
Prendre des précautions pour la multiplication des plantes susceptibles.

Lutte biologique

Plusieurs acariens prédateurs peuvent être utilisés contre ces d’acariens. Malheureusement, les agents biologiques disponibles sont plus efficaces en préventif que curatif.

Contre les Tarsonèmes, l’association d’Amblyseius andersoni 75% et d'Amblyseius cucumeris 25% avec des introductions répétées à haute dose sur le foyer peut entraver ces acariens.

Des introductions répétées au Printemps avant les dégâts ou avant le stade immobile des Ériophyes (voir ci-dessous le cycle d’Acalytus essigi) peuvent aussi limiter les dégâts.

L’acarien prédateur Stratiolaelaps est utilisé pour lutter contre les acariens des bulbes à fleurs.

Dose : 500/m² avec des introductions répétées, l’utilisation de sachets donnent une présence sur de longue durée, 1 sachet par plant.

Ci-contre le cycle de l'acarien des mûres : Acalitus essigi

Télécharger la fiche cycle de l'Acalitus essigi

Product added to wishlist