Charançons du palmier

Lutte biologique contre le charançon du palmier | INSECTES UTILES

Nom commun : Charançon rouge des palmiers

Nom scientifique : Rhynchophorus ferrugineus

Plantes affectées : Palmiers de type Phoenix canariensis et dactylifera, Washingtonia spp, Trachycarpus

Symptômes : Le symptôme le plus courant est l'aspect flétri des feuilles au centre de la couronne, qui peuvent éventuellement se dessécher et rester accrochées. Les adultes attaquent les feuilles mais les larves sont les plus dangereuses car elles passent l’ensemble de leur vie dans la partie vivante du palmier et le mangent de l’intérieur.

Activité : Toute l’année pour les larves

Cycle : 1 à 2 générations par an

Contôle : avec des nématodes de type Steinernema carpocapsae

Les adultes mangent les jeunes feuilles, les larves creusent l'intérieur du palmier, souvent la plante ne montre aucun symptôme à moins que les dommages ne soient graves. L'infestation conduit souvent à la mort des palmiers.

Originaire d’Indonésie et du Sud de l’Inde, il est apparu en France en 2006 et s’étend de la côte Méditerranéenne jusqu’au Languedoc-Roussillon. Son développement en Europe a été grandement facilité par la commercialisation et l’exportation de palmiers.

Phoenix canariensis (Dattier des canaries) et Phoenix dactylifera (Dattier ou palmier-dattier) sont les espèces les plus attaquées en France. Mais d’autre genre comme Washingtonia spp, trachycarpus ssp, commence à être aussi ciblées.

En savoir plus sur le Charançon rouge des palmiers (Rhynchophorus ferrugineus)

Rhynchophorus ferrugineus est un coléoptère, communément appelé Charançon rouge des palmiers ou scarabée des palmiers

Les adultes font environ 30 mm de long. Les femelles sont 10 à 15 % plus grandes que les mâles. Leur couleur varie du rouge-orangé au noir, avec des nuances intermédiaires en fonction du nombre de marques noires et de la taille de ces dernières sont caractéristiques.

Étant donné qu'ils ne suivent pas un rythme saisonnier précis mais se reproduit dans un cycle continu, compatible avec une température adaptée, leur cycle de développement se fait entre 3 et 4 mois. Un adulte vit entre 2 à 3 mois.

Les femelles déposent leurs œufs séparément dans les tissus mous, principalement à la base de la fronde et pondre jusqu’à 300 œufs.

Les larves se nourrissent des tissus vivants les plus mous et les plus humides (zones de croissance) contenant une proportion de fibres relativement faible. Cela cause la détérioration de ces tissus, permettant ainsi au charançon adulte de déposer ses œufs plus profondément dans ces tissus.

Les adultes ont une capacité de vol très élevée, ce qui leur permet une grande capacité de dispersion et de colonisation de nouveaux palmiers. Ils semblent montrer une préférence pour les palmiers blessés ou faibles. Une fois que les premiers adultes arrivent sur un palmier, les mâles génèrent une phéromone d'agrégation qui attire de nombreux charançons rouges du palmier des deux sexes.

Le choix de son hôte se fait souvent par le repérage d'une blessure, ceci lui offrant une porte ouverte directement dans les fibres de l'arbre sans qu'il ait besoin de travailler à creuser lui-même ! Voilà pourquoi il est essentiel de protéger les tailles et blessures des palmiers, soit à l'aide de mastic cicatriciel, de goudron végétal, de colle, ou encore d'insecticide.

Les adultes n'ont pas tendance à abandonner le palmier où ils se sont développés, jusqu'à ce qu'il soit pratiquement détruit. Ainsi, il peut y avoir différentes générations à l'intérieur d'un même spécimen, où à un moment donné toutes les phases / stades de la peste peuvent être trouvées.

En ouvrant la couronne d'un palmier avec un degré d'infection avancé, il y a beaucoup de larves de différentes tailles dans une masse de tissu en fermentation qui dégage une odeur désagréable et particulière.

Le palmier affecté meurt à court terme en raison de la destruction totale du méristème ou du cœur de palmier, avec son intérieur en décomposition.

Et la lutte est obligatoire : https://www.legifrance.gouv.fr/loda/id/JORFTEXT000022506742/2020-10-06/

Contrôle : Contrôles réguliers des palmiers dans les zones touchées

Lors de la taille au printemps et en été, un traitement phytosanitaire autorisé doit être utilisé après la taille. Taillez en l'hiver de préférence, car c'est la période où le ravageur a le moins d'activité. Les déchets des arbres élagués doivent toujours être déchiquetés, coupés en morceaux ou brûlés. Nettoyez la couronne du palmier des feuilles pour permettre une inspection régulière.

Une méthode efficace contre les jeunes stades des chenilles est l’application de nématodes Steinernema carpocapsae, une fois à l'intérieur de l'hôte, le nématode libère des bactéries symbiotes qui se multiplient et provoquent la mort de l'insecte en 24 à 72 heures.

Leur application est simple et s'effectue après dispersion dans l'eau, qui est ensuite répartie sur les plantes avec des équipements conventionnels. Étant sensible aux UV, il est recommandé d’appliquer un adjuvant naturel tel que Chitosan qui protège les nématodes et les rend efficaces plus longtemps.

Conditions : température de l’air doit être au-dessus de 14°C.

Télécharger la fiche lutter contre le charançon du palmier

Product added to wishlist

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à mesurer la fréquentation du site ainsi qu'à vous proposer des contenus vidéos et interactifs. Pour en savoir plus, consultez notre politique de confidentialité et de gestion des cookies.