Mineuses

Lutte biologique contre les mouches mineuses | INSECTES UTILES

Nom commun : Mouche mineuse

Noms scientifiques : Liriomyza spp., Phytomyza spp., Chromatomya spp., etc…

Plantes affectées : Plantes légumières et ornementales

Symptômes : Les adultes piquent les feuilles mais ce sont les larves qui « minent » les feuilles

Activité :

JFMAMJJASOND

Cycle : 2 à 5 générations entre printemps et automne

Contrôle : Mars à Octobre avec des Macrolophus pygmaeus et Diglyphus isaea. Les pièges chromatiques jaunes réduisent l’activité des adultes

Dose : 2 à 4 par m² pour Macrolophus, 0,2 à 0,5 par m² pour Diglyphus pendant 2 semaines, 1 à 2 par tunnel pour les pièges jaunes

De la famille des Agromyzidae, ce sont des petites mouches dont les adultes perforent les feuilles pour s’alimenter, mais ce sont larves solitaires qui en se nourrissant du tissu mésophylle, partie interne des feuilles et tiges, laissent des traces, des « mines » évoluant rapidement en longueur et en largeur suivant le développement des larves. La surface foliaire est réduite affectant le rendement des cultures, alors qu’en culture ornementale, les dommages très visibles entraînent une perte de valeur.

Quelques espèces sont très polyphages et d’autres inféodée à des plantes. Elles sont devenues nuisibles sur de nombreuses cultures. Là encore le commerce de plante à profiter à ces types d’insectes.

Voici dessous quelques espèces présentes en France :

  • Mouche de la bryone (Liriomyza bryoniae)
  • Mouche mineuse des feuilles de tomate (Liriomyza huidobrensis)
  • Mouche mineuse du gerbera (Liriomyza trifolii)
  • Mouche mineuse des Allium (Phytomyza gymnostoma)
  • Mouche mineuse du chrysanthème (Chromatomya syngenesiae)
  • Etc…
En savoir plus sur la Mouche mineuse

Les piqûres de nutrition ainsi que les galeries sont les premiers signes les plus apparents de la présence de mouche mineuse. Les piqûres de ponte sont plus petites (0,05 mm) et plus circulaires.

Pour identifier clairement les espèces, il faut procéder à l’examen des organes reproducteurs mâles et donc l’identification est souvent difficile en culture. Le tracé des « mines » n’est pas un signe clair car il varie suivant les plantes attaquées.

Il existe trois stades larvaires, qui se nourrissent tous à l’intérieur des feuilles puis passent au stade pupale, généralement au sol, les jeunes adultes émergent fin avril suivant les conditions climatiques. Les formes hivernante sont souvent les formes pupales au sol sous les plantes hôtes. Les adultes deviennent actifs dès le lever de soleil et sont très actifs le matin, les femelles peuvent vivre plusieurs semaines ; les males quelques jours car ils ne possèdent pas d’organe ovipositeur pour se nourrir. Il y a plusieurs générations par an. Les œufs sont pondus souvent sur la partie supérieure. Dans les 10 jours, les larves qui éclosent creusent un tunnel à travers le tissu de la feuille médiane, se nourrissant au fur et à mesure et laissant des lignes ondulées révélatrices visibles à la surface.

Méthodes de contrôle

Les ennemis naturels fournissent un contrôle biologique partiel à complet de toutes les espèces de mineuses dans la plupart des endroits lorsqu'ils ne sont pas dérangés par les fourmis, la poussière, les traitements insecticides ou les intempéries.

Diglyphus isaea est un parasitoïde des espèces Liriomyza. Elle pond un œuf à l’extérieur de la larve dans sa galerie. Elle possède une activité « d’alimentation de l’hôte », se nourrissant des larves contribuant à augmenter son efficacité. Sa présence est identifiée par les « mines » courtes contenant des larves mortes mais aussi par les trous circulaires par lequel les nouveaux Diglyphus sortent de la feuille.

Macrolophus pygmaeus est un prédateur généraliste, tous les stades sont prédateurs et attaquent tous les stades des mouches mineuses.

Accrochez des pièges chromatiques jaunes au-dessus ou parmi les plantes pour piéger les mouches mineuse adultes, cela peut aider à surveiller leur activité plutôt que de les contrôler.

Dose :

  • 2 à 4 par m² pour Macrolophus
  • 0,2 à 0,5 par m² pour Diglyphus pendant 2 semaines
  • 1 à 2 par tunnel pour les pièges jaunes
Product added to wishlist

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à mesurer la fréquentation du site ainsi qu'à vous proposer des contenus vidéos et interactifs. Pour en savoir plus, consultez notre politique de confidentialité et de gestion des cookies.